Wint'Ice

Forum Test
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -38%
PHILIPS SCD301/02- Lot de 4 biberons Natural + ...
Voir le deal
30.99 €

 

 Concours coordination °26 - Jeu

Aller en bas 
AuteurMessage
Wint'Ice
Admin
Wint'Ice

Messages : 215
Date d'inscription : 16/05/2013

Concours coordination °26 - Jeu Empty
MessageSujet: Concours coordination °26 - Jeu   Concours coordination °26 - Jeu I_icon_minitimeJeu 8 Oct - 3:13

Tu es là, de retour, prête à recommencer. Tu n’es ni particulièrement stressée, ni nerveuse. Même si tu échoues ici, maintenant, tu sais pourtant que cet échec deviendra une brique de plus à ton vécu… Tu n’as pas l’intention de t’écrouler, quel que soit le résultat qui découlera de cet essai. De toute, tu as parfaitement prouvé que tu pouvais y parvenir, que tu avais le talent nécessaire pour briller dans ce domaine. Que demander de plus désormais? Ton nom, ou enfin : le sien, est ancré aux archives des victorieux. Tu peux y parvenir, Ax-… Maelys. Ce n’est pas hors d’atteinte. Cette victoire est à ta portée, tu n’as qu’à tendre le bras… Et si un coup de vent l’emporte loin de toi, alors tu n’auras qu’à recommencer. Esquissant un sourire à cette idée, tu te redresses fièrement. Tu arrives ici avec pour seule arme ton imagination. Certains participants se présentent avec des décors incroyables afin d’atteindre un palier supérieur de la crédibilité… Toi, tu te pointes sur scène avec trois fois rien, obligeant les spectateurs à lire entre les lignes, à imaginer ce que tu ne peux illustrer. Et ça te plait. Cette simplicité quasi volontaire, elle fait ta force, tu en es convaincue…

Réajustant ton bonnet sur ta tête, tu prends une grande inspiration en jetant un rapide coup d’œil circulaire autour de toi. Et puis, tu n’es pas seule. Ils sont là pour te soutenir, tu n’es pas à nouveau lancée dans une fosse aux lions avec rien de plus que tes poings pour te battre. Désormais, tu as du soutien et tu ne crains rien. À cette idée, un sourire illumine ton visage enfantin. Tu avais hâte de remettre ça. Tu te tardais de prouver au monde entier que Maelys Sena n’avait pas disparue, que tu gardais au fond de toi l’envie de progresser chez les coordinateurs, qu’importe les implications liées ton travail désormais. Agente infiltrée ou pas, tu ne changeras pas ton quotidien pour une poignée de dollars par mois. De toute, tu sais te faire discrète. Personne ne te reconnaitra jamais, personne n’apprendra que l’identité que tu t’es forgée est le résultat de nombreuses heures de réflexion et, surtout, de faits mensongers s’accumulant les uns aux autres. À tes yeux, Maelys Sena est aussi réelle que vous et toi. Et tu comptes bien prouver qu’elle sait gérer l’unique objectif à sa naissance.

----

Les rideaux s’ouvrent d’un accord commun, dévoilant une scène sans prétentions. S’offre au public un décor des plus bancales : un lit de fortune dont les couvertures sont incurvées par une silhouette impossible à définir avec précision ainsi qu’une patère sur laquelle pend mollement un manteau féminin. Le silence règne sur scène, l’espace de quelques secondes, comme si le temps s’était littéralement arrêté. Même la respiration du Pokémon caché sous les draps est à peine visible, celui-ci redoublant apparemment de discrétion afin de ne pas briser l’atmosphère particulière de cette scène. Néanmoins, au bout d’un moment, une bête, enfin, apparait dans le cadre. Marchant à pas feutrés, le petit Osselait nouvellement apparu se fait discret, s’approchant sans faire le moindre bruit : tel un prédateur s’avançant vers sa proie afin de mieux l’attaquer. Il se retourne vers le public, l’air visiblement nerveux, et approche sa patte de sa bouche afin de leur faire signe de se taire : de ne pas trahir sa présence et ne pas faire de bruit eux non plus. Quelque chose dans son attitude trahie son manque de confiance, voire même une pointe de regret alors qu’il se retourne pour terminer son chemin jusqu’au porte manteau. Inspirant longuement, il jette un coup d’œil vers le lit dans lequel dort toujours paisiblement l’autre acteur de cette scène avant de s’étirer afin d’atteindre –non sans difficulté compte tenu de sa grandeur– les poches du vêtement. Il se met alors à fouiller frénétiquement à l’intérieur de l’habit, cherchant désespérément quelque chose qu’il peine à trouver.

Et pourtant, au bout de longues secondes, Pandora retire enfin sa patte du manteau, ramenant avec lui un objet ressemblant vaguement à un portefeuille. S’empressant de l’ouvrir, il retire tout son contenu monétaire. Il est nerveux : tout son non-verbal le trahit. Pourtant, il ne lésine pas sur les moyens : vidant le moindre centime présent à l’intérieur de l’objet, il se dépêche aussitôt de le remettre là où il l’a pris avant de quitter la scène de crime, jetant un dernier regard de culpabilité derrière lui : la victime n’ayant pas eu conscience du drame se déroulant juste à côté d’elle. Sitôt, les rideaux se referment et des bruits d’affairement se font entendre derrière, contrastant avec le silence dans laquelle la scène était plongée depuis le début de la prestation. L’attente est de courte durée et il ne s’écoule qu’une minute ou deux, au mieux, avant que les deux longs tissus rouges ne soient à nouveau tirés de chaque côté du plateau.

Cette fois, c’est une table d’apparence rustique qui apparaît. Derrière elle, un grand écran blanc sur lequel n'apparait aucune image. Parfaitement immaculé, c’est sur la table que se tourne l’attention des uns et des autres. Autour d’elle, quatre chaises dont deux sont occupées par Osselait et Skelenox, sur les deux autres étant déposées des peluches de ta collection –dont ton Skitty Limited Edition–. Entre Pandora et Cepheus : des jetons de poker. La tension est omniprésente entre les deux adversaires. Le deuxième jetant au premier un regard inquiétant, terrifiant. Nul besoin de préciser que le Pokémon sol ne fait pas le fier devant cet adversaire redoutable. Relevant difficilement sa tête pour tenter de lui faire face, on peut alors constater que son corps tremble de manière incontrôlée, trahissant sa nervosité. Il se dégage de lui un désespoir sans précédent. Il s’étire alors pour pousser au centre de la table les derniers jetons qu’il lui reste. Il tente le tout pour le tout… Mettant en jeu ses derniers espoirs, les restes pitoyables d'un rêve défunt. C’est à ce moment que les lumières s’éteignent, plongeant la triste scène dans une noirceur abyssale. Pas un bruit jusqu’au moment où le projecteur derrière le public s’allume et projette sur l’écran blanc son histoire et ses secrets. De prime abord floue, les spectateurs captent facilement la mauvaise qualité de l’image dont le filtre noir et blanc n’aide pas au discernement des éléments. La vidéo est tremblante, comme si elle provenait d’une vieille pellicule fatiguée par le temps. Difficile de savoir si le film a été filmé avec un très vieil appareil ou si ce n’est là que le résultat de nombreuses modifications faites par ordinateur : il n’en reste pas moins que le résultat est exactement le même. Dans un cas comme dans l’autre, le bluff est parfait en tout point et il ne faut guère de temps aux observateurs pour comprendre que les images qui défilent et défileront devant leurs yeux sont le fruit d’un flashback : d’un retour en arrière dans les pensées du protagoniste de cette prestation.

Comme de raison, le court film le trahit alors qu’il s’avance vers un bâtiment dont le panneau au-dessus de la porte indique une bijouterie. On peut voir l’excitation dans sa démarche légère, la joie dans son regard et la fébrilité avec laquelle il atteint la poignée de l’entrée vitrée pour l’ouvrir, la tirant vers lui afin de mieux se faufiler à l’intérieur du magasin. Le tintement d’une clochette est le seul bruit que l’on puisse entendre à ce moment alors que, devant lui, des présentoirs vitrés affichent des bijoux apparemment tous plus brillants et envoûtant les uns que les autres. Cepheus s’approche alors de lui : affublé d’un étrange chapeau et d’une fausse moustache qui suffit à elle seule à le rendre complètement ridicule, projeté dans la peau d’un vendeur lambda. D’un signe de la main, ledit vendeur invite son nouveau potentiel client à parler afin qu’il puisse mieux comprendre ce que celui-ci recherche précisément. Les yeux dégoulinants d’un amour mièvre et niais à en faire pâlir les histoires de princesse, le Pokémon sol s’empresse de tendre en direction de son interlocuteur la photo d’une jeune femme. Compréhensif, le vendeur se retire systématiquement derrière son comptoir afin de tirer un présentoir en velours au centre duquel se démarque une bague brillant de mille feux sous la lumière des lampes suspendues, la rendant difficile à discerner avec la qualité douteuse de l’image. Néanmoins, cela semble emballer ton protégé qui hoche d’emblée la tête positivement. Jusqu’au moment où le Pokémon spectre lui tend une étiquette sur laquelle est affiché le prix de la bague. Le visage du pauvre amoureux désillusionné se décompose littéralement en voyant le nombre de zéro sur le bout de papier alors qu’enfin s’éteint l’écran.

« Nous aspirons tous au bonheur, quel qu’en soit le prix… »

Cette voix, même si ce n’est pas la tienne, est désormais la seule chose perceptible dans ta mise en scène. Elle est l’unique point d’attraction avec pour seul accompagnateur le noir de ton cadre visuel. La voix de ton amie, préalablement enregistrée à ta demande, continue alors son modeste monologue.

« L’être humain jamais ne cesse de commettre des erreurs. Et même si ses motivations sont parfois sombres, il arrive de temps à autre que certains se perdent au bénéfice d’une noble cause ou d’une bonne intention… »

Doucement, l’éclairage plafonnier reprend ses droits sur la pénombre du décor afin de laisser place à la scène précédemment laissée en suspens. Toujours aussi profondément désespéré, ton Osselait ne bouge plus, regardant uniquement ses cartes d’un œil nerveux derrière lequel brille pourtant une dernière lueur d’espoir.

« On dit de la fin qu’elle ne justifie pas les moyens et pourtant la quête de bonheur de l’homme lui importe tant qu’elle le mène parfois dans ses plus sombres dépendances... Le forçant, parfois, à tout claquer dans les jeux d’argent afin de caresser l’espoir illusoire d’un retournement de situation qui changera son existence et lui ouvrira les portes de ce bien-être tant convoité… »

Elle se tait aussitôt. Et c’est à ce moment que Cepheus abat violemment ses cartes sur la table, se redressant afin de mieux toiser le pauvre amoureux transit, ses yeux se teintant d’une lumière rouge qui brille littéralement dans le faible éclairage de la scène, et déposer sa patte spectrale sur les jetons qu’il glisse tranquillement dans sa direction… Pris de panique, Pandora tente vainement de les reprendre, mais rien n’y fait. Sans pitié, son adversaire esquisse un signe de négation froid et cruel avant de tout récupérer, se fichant bien de la situation précaire dans laquelle la dépendance de son adversaire a pu le mener. À la guerre comme à la guerre : tous les coups sont permis. Voyant ses derniers espoirs s’envoler, le Pokémon éclate en sanglot alors que le décor disparaît à nouveau derrière les rideaux rouges…

Et lorsqu'ils se rouvrent enfin, c’est pour te laisser apparaître toi. À L’extrême droite de la scène, tu tiens entre tes doigts frêles une valise. Ton regard est colérique et abattu à la fois, comme si tu étais en proie à d’interminables questions auxquelles tu ne trouves aucune réponse. Derrière toi, Osselait esquisse un pas dans ta direction, comme s’il souhaitait t’arrêter. Comme s’il voulait te supplier de rester, son regard implorant ne demandant qu’une deuxième chance : à lui qui vous a tout fait perdre. Visiblement déchirée, tu finis pourtant par lui tourner le dos sans plus de considération, refusant apparemment de faire marche arrière. De revenir vers cet être dont la dépendance aux jeux de hasard vous a tout fait perdre… Complètement désemparé, il s’avance brusquement dans ta direction pour te rattraper, mais tu disparais de la scène bien avant lui et il comprend aussitôt qu’il a tout perdu : de son argent jusqu’à la femme qu’il aime. Les rideaux se ferment sur cette scène finale.

----

En sortant de la planche, tu pousses un long soupir. Tu n’aimes pas apparaître aussi explicitement devant les caméras : aussi ton apparition est-elle courte, mais significative. Tu ne sais pas si cela sera suffisant. Si le message que tu as tenté de faire passer au travers cette prestation sera suffisamment clair à l’obtention d’un ruban. Néanmoins, tu es satisfaite. Peut-être aurais-tu pu faire mieux : peut-être votre performance aurait-elle pu être mieux organisée, plus convaincante et plus soignée, mais il est trop tard pour faire machine arrière et tu le sais parfaitement. Il vous faudra faire avec ce que vous avez désormais, votre dernier espoir étant de croiser les doigts.

Spoiler:
 

_________________
Concours coordination °26 - Jeu 434447IzayaShizuo1
Revenir en haut Aller en bas
http://wintice.montopic.com
 
Concours coordination °26 - Jeu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wint'Ice :: Wint'Ice | Asilyum :: Suppléments :: Master-Poké-
Sauter vers: